La nouvelle était aussi attendue que redoutée, le registre régional d’attribution d’adresse IP (RIPE NCC) n’a plus d’adresse IPv4 à allouer depuis le 25 novembre, 15h35.

Pour les professionnels du secteur aucune surprise. Un pronostique annonçait déjà la fin des stocks d’IPv4 pour le 7 novembre. De son côté l’Arcep, le gendarme des télécoms français, mentionnait plus vaguement la fin de l’année dans son rapport annuel sur la transition vers IPv6.

Avec l’introduction d’IPv6, le fonctionnement de la communication en réseau change drastiquement. Grâce à l’augmentation de l’espace d’adressage de 32 à 128 bits, ce nouveau protocole permet non seulement de prévenir le risque croissant de ruptures d’adresses, mais aussi de communiquer de manière claire et sans ambiguïté. Contrairement à IPv4, la version 6 applique formellement l’idée de base des IP, le principe de bout en bout. Nous vous expliquons comment.

IPv6 signifie « Internet Protocol version 6 ». Il a été introduit par l’IETF (Internet Engineering Task Force) et constitue l’un des processus standardisés de transfert de paquets de données sur les réseaux informatiques. Avec les 500 autres protocoles réseaux de la suite TCP/IP, le successeur direct d’IPv4, à savoir IPv6 (IPv5 n’ayant jamais vu le jour), constitue la base de la communication Internet. Parmi les fonctions centrales de IPv6, on compte l’envoi des éléments réseaux aux adresses IPv6 et l’acheminement de paquets entre sous-réseaux, appelé également routage. Pour ce faire, IPv6 est basé sur la couche réseau (Layer 3) du modèle OSI.

La plupart des internautes sont connectés à IPv6 du fait de son large espace d’adressage. Pourtant, le nouveau standard offre également un certain nombre de fonctions qui permettent de pallier les limites majeures d’IPv4. Il s’agit tout particulièrement de la mise en place du chiffrement de bout en bout, qui rend le détour par NAT superflu et qui simplifie de manière significative l’implémentation des protocoles de sécurité comme IPsec.

De plus, IPv6 permet la configuration automatique d’adresse via Neighbor Discovery ainsi que l’attribution de plusieurs adresses IPv6 uniques par hôte de champs d’application différents, pour rendre compte de différentes topologies de réseau. Par ailleurs, on compte dans ses avantages la simplification des en-têtes de paquet et le transfert des informations optionnelles aux extensions d’en-tête pour l’envoi des paquets pour un routage plus rapide.

Avec QoS (Quality of service), IPv6 dispose d’un mécanisme intégré pour la sécurisation de la qualité des services, qui permet de prioriser les paquets urgents et de gérer avec plus d’efficacité le traitement des paquets de données. Les champs « Classe de trafic » et « Identificateur de flux » ont ainsi été définis selon la méthodologie QoS.

Plus critique par contre : l’attribution d’adresses IP statiques à des appareils réseaux locaux ainsi que la pratique de créer des identifiants d’interface uniques basés sur les adresses MAC.

Notre offre Datacenter se devait donc de pouvoir migrer vers l’IPV6 ce qui est maintenant chose faite.

En sus de l’accès au services actuels en IPV6 de nouveaux services devrait également être proposé sous peu ……

Categories:

Tags:

Comments are closed

septembre 2020
L M M J V S D
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
282930  
Catégories